Faire ramoner sa cheminée à bois à Bouc-Bel-Air

Ramonage de cheminée

Vous habitez à Bouc-Bel-Air et vous adorez profiter du confort et de la chaleur de votre cheminée à bois en hiver ? Dans ce cas, vous devriez surement savoir que ce petit plaisir d’hiver résulte du ramonage complet du conduit de votre cheminée. Comme partout en France, l’opération de ramonage est obligatoire à Bouc-Bel-Air. Et le non-respect de cette règlementation est passible d’une sanction. Mais que faut-il savoir exactement sur le ramonage ? 

Le ramonage : pas seulement une obligation légale, c’est aussi une question de sécurité

Avant tout, le ramonage de cheminée est obligatoire à Bouc-Bel-Air. Ainsi, il est prévu que toute personne possédant une cheminée doit faire ramoner les conduits de fumée entre une et deux fois par an. L’amende du non-accomplissement de cette opération peut atteindre 450 €. Ajouter à cela, l’absence d’un certificat de ramonage réduit l’indemnisation de l’assurance dans le cas où un incendie se déclare dans l’habitation.

 En outre, le ramonage Bouc-Bel-Air est aussi une question de sécurité. En effet, quand vous utilisez votre cheminée à bois, les particules issues de la combustion telles que les suies et les goudrons vont s’accumuler sur les parois internes du conduit. Avec le temps, ces dépôts toxiques vont boucher l’évacuation de la fumée et cause le refoulement des gaz toxiques vers l’intérieur de la maison. Ce qui provoque l’intoxication au monoxyde de carbone. Par ailleurs, l’obstruction de la cheminée par ces produits toxiques très inflammables augmente le risque de l’habitation. D’après les statistiques, un tiers des incendies domestiques sont provoqués par les feux de cheminée. D’où la nécessité de faire appel aux services d’une agence professionnelle que vous pourrez aisément trouver sur www.ramosud.fr.

Quand faire le ramonage de ma cheminée à bois ?

Les règlements concernant l’opération de ramonage sont fixés au niveau communal et peuvent être différents pour chaque région. Mais en général, un ramonage complet doit être fait au moins une fois par an. Mais, certaines régions ont fixé une loi imposant les citadins à effectuer deux ramonages par an. Dans tous les cas, sachez que le printemps est le moment propice pour ramoner la cheminée. C’est à ce moment-là que les suies et les crasses sont sèches, donc faciles à enlever.

Le deuxième ramonage se fait en principe durant l’hiver, pendant la période de chauffe. Toutefois, il est possible d’entretenir son conduit de cheminée durant l’été. Le plus important, c’est qu’il faut nettoyer l’évacuation de la fumée avant l’arrivée du froid pour assurer une bonne évacuation de la fumée.

Ramonage Bouc-Bel-Air : un travail pour les professionnels

Certes, ramoner sa cheminée sois-même peut s’avérer pratique au niveau financier. Toutefois, faire appel à un ramoneur professionnel à Bouc-Bel-Air vous permet avant tout d’être en règle vis-à-vis de la loi. Vous obtiendrez ainsi votre certificat prouvant que vous avez effectué le ramonage de votre cheminée. Ce qui pourrait vous être utile pour votre assurance multirisque.

D’autant plus, ramoner sa cheminée à bois n’est pas une simple affaire de nettoyage. Un expert est équipé pour enlever dans la norme toutes les particules toxiques dans le conduit de votre cheminée ou votre poêle à bois.  En somme, en faisant appel à un professionnel pour le ramonage Bouc-Bel-Air, vous serez ainsi à l’abri des dangers et peut jouir tranquillement de la chaleur de votre cheminée dans votre salon. 

Qui prend en charge les frais du ramonage, le locataire ou le propriétaire ?

La question est souvent posée : qui doit faire le ramonage, le propriétaire ou locataire ? Dans la plupart des cas, le ramonage doit être pris en charge par l’occupant de la maison. En ce sens, si vous l’appartement vous appartient, c’est donc à vous d’entretenir la cheminée.

Dans le cas d’une location, les frais de ramonages sont naturellement inclus dans la charge locative. Cela dépend du contrat de bail effectué par le propriétaire et le locataire lui-même. Par ailleurs, si le système de chauffage dispose d’une évacuation collective, les frais sont pris en charge par le syndicat de l’immeuble.

profiter de conseils pour choisir un modèle en ligne
Conseils d’achat d’insert à granulés